Vacances en Vendée : conseils & itinéraire

►►► A Découvrir aussi : Découvrez nos offres d’hébergements en Vendée

La Vendée en chiffres


— 2700 km parcourus (dont 1200 sur place),
— 4 pleins de gasoil,
— 8 glaces,
— 4 préfous à l’ail,
—  3 îles,
— 1 balade en vélo,
— 3 canicules,
— 1 paire de claquette cassée,
— 1382 photos prises.

La Vendée et ses incontournables


— Les marais salants : de nombreux marais salants ont été réhabilité afin de faire revivre l’histoire et l’exploitation du sel. D’ailleurs la récolte de cet “or blanc” se fait de mi-juin à mi-septembre. Un travail minutieux qui se fait à l’année malgré ce qu’on en pense. De nombreuses balades ou visites de marais sont possibles. Nous avons préféré ceux de l’Île d’Olonne et de Noirmoutier.

— Les plages : comment résister devant ses plages de sable blanc, ses côtes sauvages et ses balades en bord de mer ? 250 km de côtes sont protégées dont 140 km de plage. La plupart sont à arpenter à pied notamment le GR8 qui longe le littoral vendéen de Bouin jusqu’à l’Aiguillon-sur-Mer. Les amateurs de vélo se feront plaisir grâce aux pistes cyclables aménagées dans les vallons ou sur la côte.

— Le Puy du fou : si vous aimez les parcs de loisirs avec des spectacles thématiques historiques, le Puy du Fou fera votre bonheur, que vous soyez petits ou grands. Le soir, ne manquez pas la Cinéscénie à ciel ouvert qui réunie plus de 14 000 spectateurs pour une représentation haute en couleurs.

— La Venise Verte : La Vendée est aussi connue pour son marais Poitevin. Nous avons choisi de rester sur la côte pendant cette semaine mais si vous en avez l’occasion, louez une barque traditionnelle pour arpenter la partie mouillée de la Venise Verte. Il existe plusieurs embarcadères pour découvrir les 29 000 hectares du marais. Cet endroit unique protège une faune et une flore plutôt rare, encore préservée, dans un dédale de conches ombragées qui n’attend plus qu’à dévoiler ses petits secrets.

— Les îles de Noirmoutier et d’Yeu : Noirmoutier est une des îles à ne pas manquer si vous êtes de passage en Vendée ! Celle-ci est reliée au continent par le Passage du Gois, une chaussée submersible à marée haute. Rassurez vous, depuis 1971, on peut également y accéder grâce à un pont. On la surnomme aussi “l’île aux Mimosas” en raison de la douceur du climat en hiver. En dehors des 5 villes, on trouve des dunes de sable, des marais salants, des bois et des forêts sur près de 400 hectares.
L’île d’Yeu, quant à elle, et plus petite mais promet des paysages tout aussi spectaculaire. Nous n’avons pas eu le temps d’y aller, en même temps, il faut faire la traversée en bateau pour rejoindre ce petit bout de terre la plus éloignée de la côte atlantique. Mais elle promet des criques à l’eau turquoise, des landes balayées par les vents, une côte sauvage et des ports de pêche authentiques.

La gastronomie vendéenne


En passant une semaine en Vendée, nous n’avons pas pu passer à coté de sa gastronomie, une cuisine qui oscille entre terre et mer. Voici quelques unes des spécialités que vous devez absolument gouter :

— La brioche vendéenne : tressée à la main depuis des siècles, dorée sur le dessus. Elle donne envie de se lever le matin ! Sachez qu’à l’époque, la tradition imposait aux parrains et marraines de la mariée d’offrir une brioche de 20 à 30 kg !

— La fleur de sel : aussi appelée l’or blanc. La fleur de sel fait le bonheur des cuisiniers ! On la retrouve à toutes les sauces, aussi bien salées que sucrées. Elle est récoltée par les sauniers dans les marais salants du pays d’Olonne.

— La mogette de Vendée : c’est l’haricot blanc de la région. On l’accompagne le plus souvent avec un gigot ou le jambon de vendée, ou on la mange tout simplement nature avec une noix de beurre. Les amateurs la préfère sur une tartine grillée, frottée à l’ail, beurrée et recouverte de mogettes chaudes.

— Le préfou : une de mes spécialités préférées qu’on déguste généralement à l’apéritif ! Ce pain est garni d’ail frais et de beurre salé que l’on réchauffe ensuite au four. On le trouve dans toutes les boulangeries.

— Le fion vendéen : alors oui le nom fait sourire mais ce dessert est vraiment à se taper le cul par terre ! Cette recette date du Moyen-Âge et est préparé avec des œufs, du sucre, du lait, de la crème fraîche, de la vanille et de la cannelle. Ensuite la crème aux oeufs est cuite dans une timbale de croute sablée. Un vrai délice !

— Les produits de la mer : mais que serait la Vendée sans ses fruits de mer ? Le must à déguster en bord de mer sont bien évidemment les huitres de Vendée Atlantique (trois bassins ostréicoles : Noirmoutier, Talmont-Saint-Hilaire, et la Baie de l’Aiguillon). Saviez vous que la Vendée produit 10 000 tonnes d’huîtres chaque année ? On trouve également les moules de Bouchot, élevées dans la Baie de l’Aiguillon ; ainsi que la sardine de Saint-Gilles-Croix-de-Vie (label rouge).

— Le vignoble des Fiefs Vendéens : quoi de mieux que d’accompagner ses spécialités qu’un excellent vin de la région ? Le vignoble des Fiefs Vendéens est un AOC depuis 2011 et provient de cinq terroirs distincts : Brem sur Mer, Chantonnay, Mareuil sur Lay, Pissotte et Vix. Vous m’en direz des nouvelles !

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*

    Forgot Password